Analyse de contenu (ANAL601_SOC)

Présentation

Cf. le « document cadre » relatif au mémoire de Licence 3 sociologie.

 

L’évaluation porte sur l’aspect méthodologique, de construction et de mobilisation des données empiriques.

Volume horaire

  • TD : 16.0

Informations complémentaires

Document cadre du mémoire

 

 

Principes généraux

 

Au cours de leur Licence 3 sociologie, les étudiants ont à réaliser un mémoire.

 

 

L’objectif du mémoire de licence est de donner l’occasion à l’étudiant de mobiliser différents savoirs acquis au cours des trois années (théories, concepts, méthodologies) afin de traiter un sujet. Pour cela, chaque étudiant bénéficie du suivi d’un enseignant qui sera son directeur de mémoire. Le produit final doit être un texte de sociologie, c’est-à-dire être reconnaissable comme tel à la manière de poser les questions, de se détacher du sens commun ; le texte ne peut se contenter d’être une méditation ou un discours d’opinion de surcroît dépourvu de support empirique. Il se distingue aussi du dossier réalisé en L2, par le fait qu’il suppose à la fois une élaboration plus personnelle de la problématique inhérente à la démarche déductive, inductive ou exploratoire adoptée, et de la constitution et de l’exploitation d’un corpus de données. Le mémoire peut être, le cas échéant et avec l’accord explicite du directeur, fait par deux étudiants en même temps, mais le rendu final doit permettre d’identifier, de manière très claire  la contribution de chacun à l’écriture finale du texte.

 

Les thèmes et les approches peuvent être divers. Le choix est fait avec les enseignants, qui en proposent une série dès les premières semaines de l’année. A partir des thèmes et des approches sont construits des sujets, qui sont affinés chemin faisant avec le directeur de mémoire. Celui-ci aide l’étudiant à préciser d’abord un sujet précis sur le thème, à déterminer la problématique, les hypothèses ou conjectures, la logique et la méthodologie d’enquête. La méthodologie peut être plutôt qualitative ou plutôt quantitative : selon le sujet traité et selon les hypothèses ou conjectures, l’une sera plus appropriée que l’autre, il n’y pas d’obligation (par exemple, il n’est pas obligatoire de « faire passer un questionnaire » ), mais il n’y a pas d’exclusive, et il peut être très pertinent de coupler entretiens, observations, méthodes statistiques, analyse de supports iconographiques

 

Le matériau empirique : aucun mémoire ne peut éviter de s’appuyer sur un matériau empirique constitué par l’étudiant lui-même. L’ampleur de ce matériau est limitée : si la méthodologie repose avant tout sur des entretiens, de dix à vingt entretiens – itératifs ou non - suffisent ; s’il y a administration de questionnaires, une centaine de questionnaires représente un volume raisonnable, mais il est parfois plus approprié et, de surcroît, plus commode, de faire passer 400 questionnaires que 100, quitte à sélectionner ensuite, selon les méthodes canoniques d’échantillonnage, les questionnaires qui seront exploités.

 

Suivi de la préparation : l’étudiant fait état de l’avancement de son travail à son directeur, en lui présentant régulièrement ses données empiriques, ses ébauches d’écriture, qui seront obligatoirement validées comme contrôle continu, selon un calendrier convenu entre le directeur et l’étudiant.

Diplômes intégrant ce cours

En bref

Crédits ECTS : 3

Méthode d'enseignement
En présence

Forme d'enseignement
Travaux dirigés

Langue d'enseignement
Français

Contact(s)

UFR, Écoles, Instituts

Lieu(x)

  • Chambéry (domaine universitaire de Jacob-Bellecombette - 73)